image12

Témoignage après 15 ans de mariage

Connaitre les femmes russes

  

Faire table rase des clichés et archétypes véhiculés par les médias.

Winston Churchill disait que : « La Russie est un rébus enveloppé de mystère au sein d'une énigme ». Pour beaucoup d’entre nous, les femmes Russes sont aussi belles qu’imprévisibles. Et souvent l’incompréhension est réciproque.
Pourquoi donc les femmes Russes ont une mentalité aussi éloignée de de celles de l’Europe de l’Ouest ou de l’Amérique ?
La première difficulté est constituée par les aprioris véhiculés par nos médias occidentaux (prostitution, alcool) mais aussi dans les médias Russes, car la presse Russe rapporte plus volontiers le cas d’américains ayant tué leur épouse russe que des mariages réussis avec une des leurs. 

- L’influence de la langue sur la perception du monde et les modes de pensées.

Depuis Aristote (Philosophe Grec) jusqu’à Noam Chomsky (USA MIT), les études de linguistique qui s’appuient sur l’imagerie médicale du cerveau démontrent que notre langue maternelle forme notre vision du monde. La construction de la langue Russe, écrite en cyrillique, est assez éloignée des structures latines et anglo-saxonne. Les néologismes, les mots-valises, y sont permis, au point que la poésie descriptive devient intraduisible. La richesse du langage est infinie. La liberté est totale.

- Le pays immense, avec ses 85 entités « sujets », et son histoire tourmentée.

La Russie est composée de républiques, de territoires, de régions, de villes d'importance fédérale, d'une région autonome et de districts, les « sujets » de la fédération de Russie sont égaux en droits, ils ont succédé à quinze Républiques socialistes soviétiques en 1989. Depuis cette date, où le pays a connu la pire crise que l’on puisse imaginer, la mutation est continue. La Russie a plus évolué et progressé en trente ans qu’au cours des cinq siècles précédents.

- Des survivantes :

La société toute entière a subi un bouleversement depuis les années 90 : les femmes ont été élevées dans une atmosphère de fin du monde, avec la peur du lendemain et des parents perdus par cette révolution à l’envers. Elles ne pouvaient se raccrocher qu’à de très fortes valeurs morales. Dans la neige 9 mois par an, dans la boue et la poussière, avec de mauvaises routes et sans protection sociale, un vide juridique, et tous les services étatiques corrompus, les hommes buvants, elles rêvaient de s’échapper pour avoir une vie meilleure pour elle et leur progéniture.

- L’homo « Soviéticus » :

L’homme russe a été décimé : pour un américain tombé au champ d’honneur de la dernière guerre mondiale, 60 soldats russes sont morts. La banqueroute soviétique, la guerre d’Afghanistan, les deux guerres de Tchétchénie, explique la faible longévité et la rareté des hommes en Russie : ils sont 10 millions de moins que les femmes.
Il est toujours difficile de faire comprendre à quelqu’un vivant dans une époque peu mobile, l’évolution continue de la société Russe : on ne boit plus que 10 litres d’alcool par an contre 13 en France, Moscou compte plus de milliardaires que New-York, le niveau culturel est beaucoup plus élevé qu’en moyenne en Europe. L’étude mondiale du Programme international de recherche en lecture scolaire (PIRLS) place la Russie en première position, et place la France est 34ième…. 

- Paris n’est pas la France et Moscou et Saint-Pétersbourg ne sont pas la Russie :

La plupart des femmes moscovites sont récalcitrantes à l’idée de sortir avec un étranger.
Elles ont tout à Moscou : un bon travail, des amis, et leur famille.
L’Europe, comme elles disent, c’est bon pour les vacances.
La femme russe qui cherche un amant pour profiter à l’ouest, c’est terminé.
Saint-Pétersbourg est la plus occidentale des villes Russes. Et la richesse ambiante contraste fortement avec l’idée que l’on sent fait.
Mais la province est très différente, et les mentalités changent au fur et à mesure que l’on s’éloigne des grandes métropoles en particulier vers l’Est, jusqu’à retrouver des valeurs perdues en Occident. La foi, la vertu, le respect, la famille. 

«yмом Россию не понять» On ne peut comprendre la Russie avec sa tête.

(Sous-entendu : il faut la comprendre avec le cœur) 

- Quelles différence entre des Femmes Européennes et des Femmes Russes :

Bien qu’ayant une vie trés dure, la femme Russe n’a pas un discours victimiste de femme exploitée, mal considérée, sous-payée. Elle travaille beaucoup, et reste féminine et attirante dans un milieu professionnel qui ne leur fait pas de cadeau. Les Hommes sont fascinés par ces femmes russes en minijupe, petit chemisier blanc immaculé et chaussure à talon haut, sautillantes sur les trottoirs défoncés pour aller travailler, en traversant les quartiers indigents de leur morne banlieue.
En vrai les femmes russes sont réalistes, en général moins affables, et peut être ont moins de bonnes manières mais elles ne sont pas hypocrites. En Russie on considère que seuls les gens bizarres sourient sans raison ou que c’est une moquerie.
Les femmes ont pourtant le sens de l’autodérision, et apprécient les blagues. 

- Compréhension mutuelle :

Même si la fille russe a étudié le Français à l’école, ou à l’université, elle ne peut comprendre tous les niveaux dans notre expression, les subtilités et les sous-entendus. Il lui faudra des années ! Mais il faut à tout homme intéressé, le courage de comprendre la mentalité Russe, d’appréhender la culture Russe, voire apprendre la langue : et donc faire cette route enrichissante, d’une Russie autant orientale qu’occidentale.
Aller là-bas juste pour rapporter des anecdotes mondaines ne suffit pas. Seulement 5 % des hommes décident de se déplacer pour faire la vraie connaissance d’une femme slave. 

- Le Français dans l’imaginaire Russe :

Toute femme Russe voit dans « le Français moyen » l’image d’un mousquetaire. Généreux, honnête, vif, sincère, fidèle, attentionné, intelligent, capable de la soutenir moralement et financièrement. Ce qui compte pour elles est la sincérité et l’engagement d’un homme fort sur lequel elles pourront s’appuyer. (Ce qui est la définition de la virilité) 

- De quel homme les femmes Russes rêvent :

Un homme aux yeux noirs, mystiques, fort et plutôt grand, la peau mate, viril mais pas violent. La virilité n’a pas de connotation négative, elle signifie : sexy, beau, mais aussi irrésistible, fort, donc capable de la protéger. En général elles préfèrent les vrais hommes, mais pas les machos, car il doit être tendre, affectueux, généreux et aimant. Elles détestent les vantards, les mégalomanes, les fanfarons pathétiques qui vantent leurs succès passés. Elles vénèrent la modestie chez l’homme. Le péché capital pour un femme russe est le lien persistant avec des relations passées. Elles sont intelligentes et lucides, et ont souffert. Elles vivent au présent et sont insensibles au chantage affectif. Sans remord ni pitié. Leur seul questionnement est : « c’est un vrai mec ou non ?».

- Le féminisme et la femme Russe :

« J’en ai marre de cette égalité des sexes, moi, j’aime qu’un homme m’aide à retirer ou à enfiler mon manteau et me tienne la porte. » La femme Russe refuse catégoriquement l’indifférenciation des sexes. Un homme doit rester un homme. Elle veut une admiration sans partage, et une indulgence sans limite. Ses caprices doivent susciter la fierté et la tendresse de son homme. En Russie, les filles sont souvent élevées pour devenir d’abord de bonnes épouses et de bonnes mères. Même si le monde change, elles aiment toujours les hommes qui les adoreront quoi qu'il arrive, même sans succès retentissant au travail ni thèse de troisième cycle.

- Ce que veulent les femmes Russes :

Un homme sentimental, romantique, mais réaliste et pragmatique, avec du tempérament. Pas forcément quelqu’un d’exceptionnel, mais au moins fort et capable de créer quelque chose, si ce n’est aujourd’hui, au moins plus tard. Les femmes russes voient d’un mauvais œil les hommes trop bavards. Pour bavarder, il y a les copines. L’homme n’est fait que pour les grandes œuvres. Plus l’homme parle, moins il est fiable. Le mari est la possession de la femme Russe : elle aura toujours besoin de savoir où vous êtes et à qui vous parlez, et votre seule excuse si vous ne répondez pas sera que vous êtes mort. 

- Comment séduire une femme Russe :

Les femmes russes sont assez simples à séduire, et cela s’applique à des citations basiques : « Tu es magnifique » est la première marche. L’idéal est d’apprendre quelques vers de Pouchkine en Russe, même seulement en phonétique Я помню чудное мгновенье

Je me souviens d’un instant merveilleux

Tu es apparue à mes yeux

Comme une vision fugitive

Comme un génie de pure beauté .../ 

- Comment se comporter avec une femme Russe :

Il faut boire du thé avec elle : moment de détente et de chaleur, où elles se livrent et philosophent. Cela peut être aussi un verre de vin ou une flûte de champagne. Mais n’allez pas généralement jusqu’à lui proposer de la vodka. Son éducation conservatrice lui fera prendre en charge toutes les corvées ménagères. Mais si vous l’aidez à faire la vaisselle ou sortez les poubelles, elle vous fera la réputation d’une perle auprès de ses amies et de sa famille. La femme Russe est un être romantique : il faut la surprendre à l’occasion. Une sortie au musée, un week-end en amoureux, une partie de pêche, laissez parler votre imagination ! La femme Russe apprécie beaucoup l’humour. Si elle rit, c’est qu’elle vous apprécie, si elle pleure, c’est qu’elle vous fait confiance. N’hésitez pas à faire le clown, elle fuira son travail, annulera son coiffeur et mentira à sa mère pour vous voir !

- Les avantages d’une femme Russe :

Elle prend soin de vous : elle surveille votre nourriture en cuisinant, elle vous materne si vous sortez trop légèrement habillé, vérifie votre apparence pour que vous ne lui fassiez pas honte, créera une ambiance confortable, vous fera de petites surprises, laissera de gentils mots, aura un geste vers vous en toute occasion, et marquera vos dates avec un présent qui vous touchera. L’homme reste le chef de la famille : après celle de son père, c’est votre opinion qui prime. Elle vous laissera toujours l’initiative. Il faut que cela bouge, il est parfois difficile de suivre le rythme. 

- Les défauts des femmes Russes :

Généralement elles veulent des enfants si vous n’êtes pas prêt pour cela, débâtez-en au départ. L’homme doit pouvoir assumer financièrement la famille. Elles ont un plan : être mariée et avoir des enfants à trente ans (cela comme partout). Cela explique aussi le nombre important de divorcées précoces. Les enfants sont l’affaire exclusive des femmes : en Russie, l’enfant est roi et sa mère est sa servante. Son premier conseiller est sa mère ! La femme russe est fataliste et pense qu’elle n’est pas faite pour le bonheur. Le malheur est inévitable, comme une donnée de base de l’existence. Lui en faire la remarque va simplement la vexer. Vous devrez ouvrir un grand chantier sur l’estime de soi et la perspective du bonheur, aussi éphémère soit-il. 

Conseils :

  

1) - Imaginez que vous alliez vivre dans un pays étranger sans retour dont vous ne connaissez ni la langue, ni les coutumes, et que vous laissiez tout ! Soyez indulgent et patient. La première année, les femmes voient la vie comme un poisson de son aquarium. 

2) - Elles ont connu beaucoup de désillusions, et ne sauront s’attacher qu’à un homme insistant et sérieux : sachez qui vous voulez et faites-lui savoir. Téléphonez, écrivez souvent (sans traducteur automatique qui est la source des plus graves malentendus)

3) - Soyez francs et ouvert : demandez ce que vous désirez sans détour avec courtoisie. Ne soyez pas surpris de leur manière directe. Répondez de la même manière. Rassurez-la sur vos intentions : sa demande se résume à deux mots : sécurité et amour. Ne laissez aucune place au mensonge, à l’hypocrisie. Elles ont un sixième sens pour cerner la vraie personnalité d’un homme. 

4) - Paradoxalement, si vous êtes trop beau, elles auront peur que vous lui soyez infidèle. Donc, ne faites pas de complexe avec votre physique si vous n’êtes pas Robert Redford ni James Dean. Leurs critères sont la stabilité, la sincérité : soyez aimables (au sens propre comme au sens figuré)

5) - Notre habitude Française de la critique est très mal vu en Russie. Toute critique, même positive est mal comprise. Les Russes sont très fières de leur culture et de leur pays : abstenez-vous de tout jugement. C’est blessant et contre-productif. Beaucoup de femmes russes sont très instruites, et beaucoup d’entre elles ont des diplômes universitaires, parfois dans plusieurs domaines. 

6) - On ne parle pas de sexe. La coutume Française de faire la bise est difficile au début : les femmes russes n’embrassent personne, sauf leurs proches. Les contacts spontanés dans les discussions sont une spécialité latine. Un homme pressant est un malotru. Les baisers et les caresses se font à huis clos. Il faudra habituer votre partenaire à exprimer ses attentes et il faudra exposer les vôtres avec diplomatie, si vous ne voulez pas passer pour un homme aux manières déplacées. Il n’y pourtant aucune différence de comportement sexuel avec les occidentales.

7) - La famille signifie pour elles l’entraide et une forme de fusion : préparez-vous à être l’amant, le compagnon, l’ami, le confident et l’époux. Effacez le stéréotype de la blonde faussement soumise aux longues tresses, c’est une image d’Épinal. Les Femmes Russes désirent l’égalité et le partage des tâches.

8) - Ne confondez-pas la Russie, avec sa culture et son histoire millénaire avec un pays sous-développé. La vision francophone et son sentiment de supériorité jettent souvent une ombre sur la modestie naturelle des slaves. Apprenez à connaître et à aimer la Russie.

9) - Il vous faudra apprendre le russe avant de comprendre que notre humour est différent : n’essayez pas de traduire nos blagues. 

10) - Parler d’argent et surtout parler de ses problèmes d’argent est vulgaire : restez gentleman. Payez le restaurant, ouvrez la porte, aidez-la à retirer et enfiler son manteau, offrez-lui des fleurs.

11) - C’est vous qui décidez : ne lui demandez jamais de choisir le restaurant, et d’une manière générale, ne soyez pas indécis. Elles veulent d’un homme qui sait ce qu’il veut, pas d’un homme qui se demande ce qu’elle peut vouloir.

« Une femme russe donne tout à la fois, si elle aime – c’est instantané, et le destin, et le présent, et le futur : elles ne savent pas comment économiser, elles ne cachent rien en réserve, et leur beauté va rapidement à celui qu'elles aiment. » Fiodor Dostoïevski 

« Une âme pure comme un ressort, c'est la caractéristique des femmes russes. » Fédor Glinka