Histoire vraies de notre Agence de mariage

image60

Cherchez une Femme Russe- N°1

  

Nous sommes à Barnaul. C’est dans cette ville de Sibérie que mon agence est née. Ici l’hiver dure six mois, et l’été seulement deux.

Les femmes qui vivent heureuses ici, sont toutes désireuses de partager leur bonheur avec une personne proche.

Le climat rigoureux et des conditions de vie difficiles nous ont donné la force et la patience, ainsi que la capacité de nous réjouir de choses simples : le soleil radieux le matin, la neige immaculée, une maison confortable.
 

Pour mieux vous faire partager le travail de mon agence, je n’ai rien trouvé de mieux, que de raconter les histoires réelles des personnes qui sont venues me voir. Bien sûr, je ne vais pas révéler leurs identités, mais leurs histoires sont authentiques.

Et peut-être que cela vous aidera, vous, hommes solitaires, à comprendre qui nous sommes, nous, femmes russes, vous révéler notre mystère et pourquoi nous pouvons vous rendre heureux.

Et je peux déjà vous dire qu’il ne s’agit pas toujours d’histoires simples.

Je veux surtout dissiper le mythe qui voudraient faire croire qu’il n’y a que des histoires faciles et heureuses.

Lui, est un brillant avocat Parisien de 49 ans, avec une expérience familiale malheureuse. Mais de cette union est née une fille merveilleuse, qu’il aime et à laquelle il souhaite offrir pour ses douze ans une vie familiale équilibrée.
 

Elle a 35 ans, est comptable et a aussi derrière elle une expérience de vie familiale et un garçon de 6 ans.
 

Elle s’était présentée à l’agence avec sa mère, qui insistait pour que sa fille ne vive plus seule. Ils sont venus à notre bureau au début du mois d’octobre, elle a rempli un dossier, puis, elle a attendu...

Lui, c’est deux mois plus tard que nous l’enregistrons à l’agence. A la question : « Quelle femme cherchez-vous ? » Il avait simplement répondu qu’elle devrait être gentille et prête à avoir d’autres enfants, sans autre critère….

Et je dois avouer que cela me fait toujours plaisir de lire ce genre de réponse, car il s’agit bien de personnes humaines et les paramètres tels que la taille, la couleur des yeux, la taille des seins, m’effraient le plus souvent, un peu comme si les hommes choisissaient à l’étalage d’un magasin. Excusez ma franchise...
 

Elle est effectivement très gentille, et a surtout beaucoup de charme, mais je perçois chez cette femme une force intérieure, qui pourra l’aider à s’adapter à de nouvelles conditions de vie.

A lui, je n’ai envoyé qu’un seul dossier.

Il a immédiatement répondu : « Elle me plaît »

Que s’est-il passé ensuite ?

Il y a eu des échanges de lettres, mais pas trop longtemps et au bout d’un mois, nous lui avons organisé son voyage en Sibérie.

Elle ne pouvait pas prendre de vacances cette semaine-là, mais cela ne l’a pas gêné, Il a dit que ce qui importait était non pas la quantité de temps, mais sa qualité. Il n’a pas eu peur non plus que le voyage tombe au mois le plus froid, en janvier. Il a en outre reçu de moi des consignes claires pour l’achat de vêtements chauds et de cadeaux pour elle et son fils.
 

Quelle ne fut pas ma surprise, quand je suis allée à sa rencontre à l’aéroport de Barnaul à 5 heures du matin ! Malgré toutes mes recommandations, j’ai vu à la descente de l’avion, un monsieur en costume cravate avec des chaussures de ville. Rien que d’aller vers ma voiture au parking, il regrettait déjà de na pas s’être habillé plus chaudement, car il faisait moins 20.

Sur le chemin de l’hôtel, je lui ai expliqué qu’elle était au travail et que notre réunion n’était prévue qu’à 17 heures au restaurant de l’hôtel, avec une traductrice. J’ai remarqué à ce moment combien il était inquiet !
 

Comme à mon habitude, elle, je l‘ai avertie pour lui dire que tout s’était bien passé, qu’il était à l’hôtel et que nous l’attendions au restaurant dans la soirée.
 

Quand je suis arrivé 15 minutes en avance, il était déjà là. Et il était bien entendu en costume et cravate, et avec une rose à la main. Il était touchant, et je n’ai jamais su depuis lors où il l’avait achetée, peut-être amenée avec lui dans sa valise ?
 

Elle est arrivée pile à l’heure prévue, mais comme elle n’avait pas de voiture, elle était arrivée par les transports publics, et puisque c’était déjà le soir, la température était déjà tombée à moins 30.

Elle est arrivée dans une combinaison de ski et grosses bottes en feutre. Et pour ne rien arranger, dans un survêtement sans maquillage ! Elle a simplement dit qu'elle y était allergique au froid et qu’en hiver, elle n'utilisait pas de maquillage !

Honnêtement, j'ai été un peu choquée, pour un premier rendez-vous !

Mais enlevant tous ses vêtements chauds, son chapeau, ses mitaines, elle lui offrit le sourire le plus chaleureux, qui fit fondre toute la glace entre eux. Ils se sont parlé avidement, c'était agréable. La discussion était vive, car il y avait beaucoup d'excitation dans l’air...

Deux jours passèrent, et le troisième jour, elle l'invita chez elle pour rencontrer sa mère, qui avait conduit à cette décision, ainsi que pour faire connaissance avec son père et son fils.

Pour la première fois de sa vie, il mangeait des boulettes de pâtes, du bortsch et buvait de la vodka.

Il n'y avait rien d’extraordinaire dans ces rencontres, juste des conversations et beaucoup de réflexion pour chacun.…

 

Cinq jours ont passé très vite, et cet homme très occupé par son travail a dû reprendre l’avion pour rentrer à Paris. Une semaine plus tard, j'ai reçu une lettre : « Tania, je veux l'inviter à Paris ... Elle n'est jamais venue ici ... »

Elle attendait ce moment.... Elle était très heureuse quand je l'ai appelée. Nous avons commencé à préparer son voyage à Paris. Après un mois et demi, elle s'est envolée vers lui. Pendant tout ce temps, il y avait des appels quotidiens, par Skype, mais déjà. Comme deux personnes qui se manquent vraiment.

Il lui a montré sa vie, qui était tellement différente de la sienne.

Mais pour elle, la chose la plus importante, c’était Lui, et pour lui, Elle.

Après avoir passé deux semaines ensemble, elle a rencontré sa mère, sa fille. Et elle a aussitôt repris l'avion pour amasser les documents pour leur mariage.

Les noces furent très simples : elle avait même acheté sa robe de mariée en Sibérie, car elle ne se sentait pas à l'aise d'acheter des choses dans de luxueuses boutiques françaises. Et la vérité est que ce n'est pas le prix d'une robe qui détermine la quantité de bonheur.

Après six ans de mariage heureux, ils ont déjà un fils, elle parle français et a même commencé à travailler, son fils va à l'école française, elle a apprivoisé sa belle-fille, même si tout n'était pas simple. Mais c'est une femme sage avec un cœur aimant, elle m'appelait souvent durant cette période…

Ils viennent se reposer à la Grand Motte, et tous les étés, je les vois.

C'est réjouissant car récemment, elle m'a appelé pour m’annoncer qu'ils attendaient un bébé ! Et encore un garçon !